Mauvaises pratiques de l’Emailing

Un objet  sans appel  à action

Soignez l’objet de votre emailing : il doit être dynamique et inciter votre contact à agir. Et reprenez l’objet en en-tête de votre contenu email, pour renforcez l’engagement de votre lecteur vis-à-vis de vous. Ne mettez pas d’objet trop long. Les filtres anti-spam n’apprécient pas, et la fin de votre objet risque de ne pas être lue, voire coupée.

La location ou l’achat de  base emails

La location ou l’achat de base emails en B to C est proscrite par la loi. Elle est possible en B to B, cependant nous ne vous recommandons pas cette pratique. Vous seriez déçus du retour sur investissement d’une part et vous ne connaissez pas la qualité du fichier d’autre part. Les adresses n’ont peut-être  été nettoyées régulièrement. Et enfin, le fichier peut être truffé de spamtraps  (voir notre article sur le sujet).

Communiquer vers des non-ouvreurs de plus d’un an

Débarrassez-vous chaque année des lecteurs internautes qui n’ont effectué aucune action de téléchargement des images ou de clic au sein de votre campagne. Si cela représente un effort trop important pour vous, communiquez moins souvent vers ces non-ouvreurs : une fois par mois ou tous les 2 mois maximum. Tentez de les réveiller par des actions cibles spécifiques !

Ne pas effectuer de segmentation comportementale

Mettons que vous soyez un site Ecommerce et que vous envoyiez régulièrement des informations à vos membres inscrits. Vous avez la possibilité de segmenter vos lecteurs par centre d’intérêt, en fonction des clics qu’ils ont effectué dans vos campagnes emailing précédentes. Ces informations sont précieuses. Envoyez des newsletters précises et bien ciblées à ces segments identifiés. Et envoyez votre newsletter générique moins fréquemment. Vous renforcerez ainsi la notoriété de votre marque et l’engagement des lecteurs envers votre marque. Exploitez toutes les possibilités que vous offre votre logiciel emailing professionnel !

Ne pas envoyer de newsletters régulièrement

Les adresses emails se périment ! Si vous n’écrivez à vos contacts que deux fois par an, le taux de NPAI (n’habite pas à l’adresse indiquée) risque d’être important, ce que les FAIs n’apprécient pas. Votre délivrabilité peut en pâtir ! D’autre part vos interlocuteurs risquent de vous avoir oubliés, et de cliquer sur le bouton « plainte pour spam ». De plus, sachez que certains FAIs analysent votre comportement dans votre boite mail. Ainsi, si vous n’ouvrez jamais un email en provenance de tel expéditeur, celui finira par la suite régulièrement dans votre boite courrier indésirable !

Ne pas chercher à améliorer le taux d’ouvertures, le taux de clics et le taux de réactivité (cliqueurs/ouvreurs)

Votre base emails est naturellement appelée à péricliter, si vous ne faites rien pour l’enrichir ou la réveiller. Vos taux d’ouvertures vont naturellement chuter. Alors que faire  pour éviter un score qui s’effrite sur le long terme ? Continuez à recruter, via votre site, via un formulaire Facebook, via des offres à transmettre à des amis. Débarrassez vous régulièrement des non-actifs qui polluent votre score. Et faites de vos cliqueurs des « super-actifs » en utilisant le retargeting ou le reciblage par email. Surveillez ces trois taux (ouvertures, clics et réactivité) constamment et cherchez des astuces pour les améliorer.

Ne pas chercher à améliorer son taux de plaintes pour spam et sa délivrabilité

Le taux de plainte pour spam est un indice de l’intérêt que vos lecteurs vous portent. Si votre taux de plainte pour spam est trop élevé (c’est-à-dire régulièrement au dessus de 0.1%), il faut absolument que vous en cherchiez la cause. Ce peut-être un problème de segmentation insuffisante : vous envoyez des informations trop génériques, pas assez ciblées. Ou vous ne communiquez pas suffisamment régulièrement, et vos lecteurs vous oublient. Parlez-en à votre ESP : il faut absolument redescendre en dessous de ce taux, sinon votre délivrabilité sera sérieusement impactée.Un taux de NPAI trop élevé est un très bon indicateur que vous ne netoyez pas vos emails suffisamment réquemment.

Ne pas soigner l’inscription

Pensez à adresser à chaque internaute qui s’inscrit sur votre site un email de bienvenue. Envoyez lui un mail de confirmation d’inscription (double opt-in), en lui demandant de vous rajouter à son carnet d’adresses.  Et surtout, signalez très clairement à l’internaute la fréquence d’envoi de vos newsletters, afin qu’il ne se sente pas piégé. Bien sûr, il pourra se désinscrire à tout moment. Le fait de le prévenir sur la fréquence de vos envois l’incitera plutôt à se désinscrire qu’à cliquer le bouton « plainte pour spam ». D’autre part, n’oubliez pas de mentionner votre Politique de confidentialité pour le rassurer.