Comment communiquer efficacement par e-mail : 15 erreurs qui feront planter vos newsletters

Tous les experts en Email marketing savent que faire une campagne emailing efficace n’est pas de tout repos. Votre stratégie emailing doit être planifiée et bien calculée, tout comme vous vous y prendriez pour vos autres canaux marketing.

Pour créer une bonne stratégie d’emailing et construire des campagnes réussies, il est crucial de savoir d’abord ce qu’il ne faut surtout PAS faire!

15 erreurs à éviter en email marketing

Les erreurs qui suivent sont des erreurs courantes dans l’email marketing qui font inexorablement dérailler les campagnes sur lesquelles vous vous êtes tant investies que ce soit en travail, en sueur et en larmes et qui sont même susceptibles de vous faire perdre de nombreux abonnés de vos chères listes de diffusion que vous avez pourtant eu tant de mal à acquérir.

Pour savoir comment envoyer des e-mails efficacement, lisez attentivement les erreurs tragiques suivantes que nous avons réunies pour vous et faites de votre mieux pour ne pas les faire ou les répéter. Bonne chance!

1. Sur/Sous-communiquer par mail

A partir de combien d’envoi d’emails estime-t-on que c’est too much ?

D’une part, les études montrent que 86% des consommateurs seraient heureux de recevoir des e-mails marketing des entreprises qui les intéressent au moins une fois par mois, ils sont 60% à vouloir en recevoir au moins une fois par semaine, et sont encore environ 15% à être prêt à en accepter au moins une fois par jour (Marketing Sherpa).

D’autre part, les études montrent également que 35% des emails marketeurs envoient 2-3 e-mails par mois, 21% envoient 4-5 e-mails, et 19% un seul. Le pourcentage restant ne savent pas mais gageons qu’il s’agit d’un nombre très important !

Que pouvons-nous en conclure?

La mise en corrélation de ses 2 études indique que l’envoi régulier de 2 emails par mois est une bonne chose. Trois ou quatre envois d’e-mails par mois peuvent également fonctionner, mais seulement si vous avez vraiment quelque chose de nouveau à dire à vos clients. Si vous envoyez beaucoup plus que cela, il est temps de remettre en question votre mode de fonctionnement. Ce n’est pas la peine de déranger vos clients sans raison, ces derniers, qui attendent avec impatience vos e-mails une à deux fois par mois vont commencer à être ennuyés par votre omniprésence ce qui les conduiront à se désabonner de votre liste de diffusion, ce qui nous amène à la prochaine erreur…

2. “Je voulais juste vous faire un petit coucou”

Comme dit le proverbe : “Si ce que tu vas dire est moins beau que le silence alors tais toi”. Dans l’email marketing c’est pareil. Si vous n’avez rien de bon à dire, il est préférable de ne rien dire du tout. Le contenu marketing est en constante évolution et, dès que vous avez une grande liste de diffusion vous pouvez être tenté de leur envoyer ce que bon vous semble, mais il est plus sage de leur envoyer quelque chose qui va vraiment les intéresser. Imposez votre marque et gardez vos clients grâce à un contenu de qualité que vous fournissez à vos destinataires avec: des conseils, des articles et des informations pertinentes qui sont reliées à ce que vous faites et vendez. En outre, envoyez des détails et des mises à jour sur vos promos spéciales ou sur vos nouveaux produits/nouvelles collections qui seront bientôt lancés. Il ne manque pas d’idées sur les sujets d’emailing à aborder (voici pour vous 14 idées pour vos newsletters), et dans tous les cas, ne dites pas seulement bonjour ! Car ce « bonjour » peut donner envie à vos clients de vous dire « au revoir ».

3. Ne pas personnaliser vos emails

En 2015, les lignes d’objet personnalisées ont boosté le taux d’ouverture des e-mails de 30% en moyenne (Marketing Sherpa), ce qui signifie que si vous ne l’utilisez pas, vous baisser votre taux d’ouverture de 30%. L’utilisation de la personnalisation vous sera optimale dans un certain nombre de cas: lorsque vous envoyez une série d’emails automatisés (autorépondeurs automatisés) à vos nouveaux utilisateurs ; lorsque vous souhaitez envoyer un email aux clients qui ont abandonné leur panier avant de terminer leur achat ; lorsque vous envoyez des emails de type Upsale (montée en gamme) / cross-sale (vente additionnelle) ; lors de l’envoi d’enquêtes ; et bien sûr lors de l’envoi de coupons de réduction pour l’anniversaire du client ou tout autre événement spécial. Cela étant dit, ce ne sont que des suggestions – n’hésitez surtout pas à utiliser la personnalisation à tout moment, dans chaque email que vous envoyez, comme une petite compagnie appelée Google le fait régulièrement :

Google

4. Une ligne de sujet générique

Cependant, même si on s’est beaucoup appesanti sur la ligne d’objet – on n’en dit malheureusement jamais assez – c’est malheureusement celle qui fera que vos destinataires ouvriront ou non votre e-mail. Partant de ce postulat, une ligne d’objet doit être séduisante, intrigante, intéressante, mais pas trop commercialle et non trompeuse. Celui qui va ouvrir votre email s’attend à ce que le contenu corresponde à l’objet, et pour vous c’est une manière de montrer que vous tenez vos promesses.

Une des plus grandes erreurs de l’email marketing se situe dans l’envoi d’email avec une ligne d’objet trop générique : « Joyeuse Saint-Valentin! 10% de rabais sur tous nos produits ». Lorsque vous écrivez une ligne d’objet, et en général lorsque vous créez une newsletter, vous devez penser à la personne qui va ouvrir sa boîte de réception et voir cinq e-mails différents, chacun essayant de lui vendre quelque chose ou de l’informer au sujet de son entreprise. La réduction de 10% qui semble tentante pour vous ne le sera pas suffisamment compte tenu du fait que la même personne peut avoir reçu un autre email lui offrant une réduction de 30% (même si cela provient d’un produit totalement différent). Si vous voulez que cette personne ouvre précisément votre email avant les cinq autres, donnez-lui de la valeur ajoutée dès votre ligne de sujet.

Voici un super exemple d’une ligne d’objet lors de la campagne Saint-Valentin de Michal Negrin:

Michal Negrin

5. “noreply”

Avez-vous déjà essayé de comprendre qui est cette société qui se fait appeler “no reply” (pas de réponse en français) ou “mail list” (liste de diffusion en français) ?

Le « de » (l’endroit où vous indiquez l’envoyeur) est l’un des éléments importants du libellé de votre e-mail, presque aussi important que votre ligne de sujet. Écrivez le nom de votre entreprise et même notez le nom de la personne qui envoie l’e-mail au nom de votre entreprise. Comme nous l’avons déjà dit précédemment, la personnalisation de l’e-mail contribue à assurer une connexion avec le client, personnalisation qui va dans les deux sens ; vos clients veulent en effet sentir qu’il ya une personne réelle derrière l’e-mail qu’ils viennent de recevoir. D’ailleurs, s’ils ne savent pas qu’il s’agit en effet de la société pour laquelle ils ont signé – et pour laquelle ils étaient même intéressés à recevoir des mises à jour – qui est celle qui leur a envoyée cet e-mail, ils n’auront aucune raison de l’ouvrir.

6. Ne pas dire les mots magiques

Lorsque vous regardez votre boîte de réception, que voyez-vous ? Sur la gauche, il y a le « de » dont nous avons parlé au cas précédent, au milieu, il y a, évidemment, l’excellente ligne de sujet que vous avez composée, et puis…… quelques mots apparaissent dans une couleur plus claire, appelons-les les mots magiques. Si votre email commence avec des images, les mots magiques seront le nom que vous avez donné à vos images ou aux illustrations via la balise Alt. Si votre email commence avec du texte, les mots magiques seront les premiers mots du dit texte. Quoiqu’il en soit, faites attention à cette partie que beaucoup ont tendance à négliger.  Pour résumer, n’oubliez jamais de vérifier quelles sont les premiers mots qui vont apparaître dans votre newsletter et n’oubliez pas de donner un nom à vos images qui accompagnent votre texte. De cette manière, les mots magiques donneront un aperçu du sujet de votre newsletter et grâce à eux, votre email sera ouvert.

Voilà à quoi cela ressemble:

mots magiques

7. SOLDES SOLDES SOLDES tous les 3 jours

Vous n’êtes pas un spammeur, n’est-ce pas ? Dans ce cas, ne vous comportez pas comme tel.

Les soldes ou les promos c’est sympa, mais même quand vous aimez quelque chose, vous pouvez vous en lasser à un moment ou un autre. Personne ne peut se permettre d’acheter un de vos produits tous les 3 jours et tous vos mails ne doivent pas être forcément orientés dans le but de faire une vente. Vous vous rappelez la valeur ajoutée que vous avez ? Très bien, dans ce cas, mettez-la en avant.

8. Envoyer sans segmenter sa mailing list

Lorsque vos utilisateurs s’inscrivent chez vous, ils vous fournissent quelques bribes d’informations importantes: homme ou femme, leur date de naissance, où ils vivent, et toutes sortes d’autres éléments qu’il est important pour vous de connaître. Ces informations vous permettent d’envoyer des emails plus ciblés, selon les groupes dans lesquels vous avez réparti vos inscrits. Vos abonnés se sont inscrits chez vous via une landing page (une page d’atterrissage) par rapport  à une vente spéciale ? ou par l’intermédiaire d’un site Web précis ? Ce genre de segmentation pourra également vous aider. L’utilisation de la segmentation vous aide notamment à optimiser le contenu proposé à vos clients, ce qui booste sensiblement les taux d’ouverture des e-mails que vous envoyez.

9. Ne pas utiliser d’illustrations

Que vous soyez un spécialiste du selfie ou non, vous ne pouvez pas nier le fait que nous vivons dans un monde où le visuel tient une place prépondérante.

Qu’ils s’agissent de dessins, d’illustrations ou d’images, il est indéniable que ces éléments rendent la lecture des emails plus agréables ! Si vous vous décidez à vraiment investir dans ce domaine, cela vous permettra également d’attirer l’attention de vos destinataires qui partageront plus facilement votre contenu sur les réseaux sociaux et les plateformes appropriées. Bien sûr, l’utilisation d’illustrations doit être en rapport avec le sujet de l’email et l’essence de votre marque, de sorte que les illustrations trop tape à l’oeil ne sont pas toujours adaptées, à vous de juger et d’utiliser des illustrations uniquement à bon escient.

Treadless sont par exemple très créatifs avec leurs images:

treadless

10. Trop illustré

D’autre part, si vous envoyez une newsletter dont le but est uniquement le contenu, n’abusez pas sur les images. Une des erreurs les plus courantes chez les commerçants est la tentative de fournir la plupart des informations contenues dans l’e-mail à l’aide d’images. Si le sujet de votre newsletter est le contenu – les images ne devraient être présentes que pour renforcer le texte, et non pour le remplacer. Obtenez les informations importantes à travers le texte, et utilisez des images appropriées seulement pour renforcer l’effet du texte.

11. Trop de contenu

Vous connaissez ces emails qui s’étirent en longueur et qui continue ?
…encore…
…et encore…
…jusqu’à ce qu’ils soient coupés

La newsletter que vous envoyez n’est pas un journal. Elle ne peut pas contenir un contenu trop important et trop d’illustrations pour 2 raisons:

La première – combien de défilements vers le bas un internaute peut supporter?

La messagerie que vous utilisez (quelle qu’elle soit) n’a pas été conçue pour lire des articles qui prennent des heures et les gens qui lisent leurs emails sont principalement à la recherche de la version courte, les principaux points, mais sûrement pas tout le contenu qui apparaît sur votre site Web.

La deuxième raison  pour laquelle vous ne pouvez pas inclure un contenu trop important dans une newsletter est que c’est tout simplement impossible – Gmail coupe ces emails ! Ce qui veut dire que, même si quelqu’un est miraculeusement allé au bout de votre purge, dans le cas où vous avez crée une newsletter qui nécéssite 7 à 8 défilements verticaux pour arriver au bout, il sera tout simplement coupé en plein dans son élan de générosité envers votre inutile effort.

12. Et les bonnes manières ?

Ne pas tenir une promesse ou ne pas envoyer de mail de remerciement est tout simplement impoli ! Et personne n’aime être traité de la sorte. De nouveaux abonnés ont intégré votre superbe mailing list ? Envoyez-leur un mail de vérification pour leur montrez que la communication entre eux et votre société fonctionne correctement. Après l’email de remerciement, envoyez-leur une série d’autorépondeurs automatisés en y introduisant du contenu adapté en son sein.

Vous avez promis aux internautes que si ils mettent leurs informations personnelles dans le formulaire prévu à cet effet, ils recevront une présentation ? Un email avec un bon de réduction ? Tenez votre promesse ! Sinon, lors du prochain email que vous enverrez à ce client, il va probablement se retirer de votre liste – personne n’aime se sentir floué.

13. Ne pas envoyer de mail de test – erreurs dans les liens, relecture défaillante, mauvaises images etc.

Les erreurs les plus gênantes dans les newsletters sont les erreurs techniques. Des liens cassés, des liens qui redirigent vers les mauvais articles, des images qui ne s’affichent pas correctement et des erreurs de relecture qui combinés peuvent faire dérailler votre campagne – et pourquoi ? Parce que vous n’avez pris la peine d’envoyer un mail de test.

Passez soigneusement en revue votre campagne. Envoyez-vous un email de test et après que vous ayez trouvé quelques erreurs et que vous les avez corrigées, envoyer votre email de test à un de vos collègues pour qu’une autre paire d’yeux puisse regarder. Ca ne prend pas beaucoup de temps et ça en vaut la peine.

Une faute de frappe s’est glissée au travers de vos multiples relectures et vérifications ? C’est pas dramatique. Arrêtez votre campagne et renvoyez-la, corrigée, en ajoutant une restriction pour toute personne qui a déjà ouvert ou reçu votre email.

Une autre possibilité est d’envoyer un e-mail d’excuse ! C’est faire preuve de courage, mais si vous êtes un habitué du contenu de qualité et que vous faites confiance à votre communauté, il n’y a aucune raison de ne pas le faire.

Un exemple d’un email d’excuses:

Mail d'excuse

14. Mauvais timing

Avez-vous divisé vos destinataires en groupes ? Bien, parce que si ils vivent de l’autre côté de l’océan, ils pourraient ne pas apprécier de recevoir un email de vous à 2 heures du mat’. Le timing de l’e-mail est important, assurez-vous de ne pas envoyer des e-mails durant le week-end et si vous avez des clients dans le monde entier, vérifiez pour chaque pays quand les gens commencent généralement à travailler et quand ils ont tendance à lire leurs e-mails. Il existe différentes opinion quant à la meilleure période pour envoyer une newsletter, puisque, comme mentionné, il dépend aussi de la situation géographique, mais il est incontestable que ce devrait être au cours de la semaine, de préférence entre dimanche et mercredi, relativement tôt le matin ou autour midi (par opposition à la fin de matinée ou l’après-midi et le soir).

15. Le manque de “cliquabilité” – ou un email sans call-to-action

Concevez votre email pour qu’il soit aussi cliquable que possible ! Vous avez des images ? Pensez à les reliez à un article pertinent sur le site. Vous annoncez une promo spéciale ? Pensez à mettre un call-to-action (un bouton d’appel à l’action) vers une page de destination que vous aurez créée au préalable. Dites-vous bien que votre newsletter est comme une page de couverture d’un magazine. Chaque élément que vous mettez dedans, que ce soit une image, un appel à l’action, ou même simplement le nom de votre entreprise, devrait permettre à vos utilisateurs de les ouvrir à un monde nouveau. Votre newsletter doit inclure au moins un appel à l’action, ou un lien vers le site Web ou une landing page (page de destination), et il est préférable, bien sûr, d’en avoir beaucoup plus d’un.

Si vous suivez attentivement ces conseils et que vous évitez les erreurs tragiques, vous permettrez à votre emailing de passer au niveau supérieur. Il n’y a bien sûr aucune garantie que chaque campagne soit parfaite dès le début, mais au moins vous saurez que vous êtes sur la bonne voie.

 

Vous voulez vous entraîner ? Apprenez à améliorer votre formulaire d’inscription et acquérir plus d’abonnés en 3 étapes

Vous voulez plus de conseils? Visitez notre blog