Comment ne pas devenir un Spammeur – 10 choses à savoir pour ne pas finir en Spam

Qu’on se le dise, personne n’aime « se faire jeter ». Vous vous êtes donné tant de mal pour concevoir votre campagne emailing et construire une base de données solide… vous n’avez pas envie qu’elle finisse dans le courrier indésirable !
Les systèmes anti-spam évaluent vos campagnes emailing et, selon un certain nombre de critères, calculent un score. C’est pourquoi ActiveTrail respecte des normes de sécurité et d’authentification pour assurer un pourcentage optimal de délivrabilité de vos emails et empêcher ses derniers d’arriver dans les spams de vos destinataires.
Tout d’abord, aimeriez-vous savoir d’où vient le mot Spam ? Jetez donc un œil à ce sketch des Monty Python :

Le mot Spam, comme on l’utilise aujourd’hui pour désigner un courrier indésirable, vient donc de ce sketch de 1970. La scène se déroule dans un restaurant. Monsieur et Madame Bun souhaitent y déjeuner, mais la serveuse ne leur propose que des plats à base de Spam (une marque de viande en conserve). Les plats proposés contiennent toujours plus de Spam et Madame Bun devient folle, hurlant « I don’t like spam! » alors que son mari tente de la calmer.

Comment agissons-nous pour assurer une délivrabilité optimale des emails envoyés par ActiveTrail ? 

  • Les vérifications automatiques : ActiveTrail effectue des contrôles sérieux réguliers et prend en charge les normes d’authentification SPF,  DKIM et DMARC. Le respect de ces normes assure la compatibilité entre le serveur d’ActiveTrail et le serveur de votre société. Ses vérifications minimisent aussi les risques d’usurpation d’identité ou de fraude par un tiers, et en cas d’incompatibilité, les e-mails sont bloqués ;
  • Pour l’envoi de campagnes emailing, ActiveTrail utilise un grand nombre d’adresses IPs surveillées de près (si un des e-mails est envoyé en spam, cela n’a pas d’incidence sur le reste des clients) ;
  • Détection automatique des destinataires qui vous ont signalé comme spammeur et gestion des adresses erronées ;
  • Politique anti-spam : ActiveTrail respecte une politique anti-spam. Il ne loue, ni ne prête, ni ne vend des listes d’adresses emails. De plus, ActiveTrail ne permet pas l’utilisation de son service emailing aux clients qui n’ont pas obtenu le consentement préalable de leurs destinataires. Pour en savoir plus sur la politique anti-spam d’ActiveTrail, cliquez ici ;
  • Système de réclamations clients : ce système permet d’obtenir un retour client notifiant le taux de désabonnement, les erreurs et les plaintes relatives à chaque campagne. En fonction des résultats, vous pourrez agir en conséquence ;

Ceci est un bref résumé des solutions qui permettront à vos campagnes emailing d’arriver à destination. Pour optimiser votre taux de délivrabilité et mettre toutes les chances de votre côté, voici quelques conseils supplémentaires pour passer les filtres et réduire le taux de signalement par vos destinataires :

10 choses à faire pour ne pas finir en spam :

1. Soyez conforme à la nouvelle réglementation : le GDPR

Ne pas atterrir dans les spams, cela veut logiquement dire ne pas être soi-même un spammeur. La loi stipule qu’un email ne peut être envoyé à un destinataire non consentant. Il est important de vous préparer au GDPR qui entrera en vigueur en Mai 2018 (General Data Protection Regulation). Assurez-vous que la collecte des informations de vos contacts soit conforme à la loi.
Pour connaître les démarches à suivre, cliquez ici.

Les données recueillies avant l’entrée en vigueur du GDPR pourront toujours être utilisées si vous avez obtenu le consentement explicite des utilisateurs et que vous pouvez le prouver.

2. L’email de remerciement avec double opt-in

Lors de son inscription, les remerciements rappellent tout d’abord au contact que c’est chez vous qu’il s’est inscrit et cela lui permet également d’avoir un aperçu du style de vos e-mails.

Aussi, utilisez le mail de remerciement afin d’obtenir le double opt-in de vos destinataires. Un double opt-in est une option d’inscription qui les enregistre automatiquement dans la base clients de vos futures newsletters. Le fait d’avoir une double autorisation de la part du contact vous assure un accord solide. Le contact est certain de vouloir s’abonner. Il ne rejoindra la base de données que s’il clique sur le lien de confirmation.

Cette option permet d’assurer une baisse du nombre de désabonnés, un taux d’ouverture de vos emails plus élevé, et un lien entre l’expéditeur et le destinataire plus authentique.

Ci-dessous un exemple de mail de remerciement type comprenant un double opt-in :

Exemple mail avec double opt-in

À l’inscription, il est bien de mettre en avant les avantages dont vos contacts pourraient bénéficier. Vous augmentez vos chances de délivrabilité en incluant un call to action en dessous du message de remerciement sous la forme d’un coupon et/ou un bouton qui redirigera le destinataire vers votre site internet.
Non seulement cela peut développer les ventes et augmenter également votre trafic (le passage et le nombre de visiteurs en ligne), mais cela indique surtout à leurs serveurs de messagerie le comportement de vos destinataires qui sont enregistrés comme positifs à recevoir vos mails.
Voici un exemple :

Mail de remerciement avec coupon designmodo

3. Entretenez intelligemment vos listes de diffusion

Nettoyez régulièrement vos listes en supprimant les hard bounces (non livrés car l’adresse email n’existe plus) et les plaintes pour spam.
Créez des groupes dynamiques pour optimiser vos taux d’ouverture mais également pour segmenter vos listes afin d’être le plus pertinent possible dans le contenu de vos messages. Ces groupes se construisent en fonction de filtres comme par exemple : contacts ayant ouvert une campagne dans les 2 derniers mois ou encore contacts ayant cliqué dans une campagne dans les 30 derniers jours et dont le champ ville est égal à Paris.

4. Une demande d’ajout à une liste de contacts ou d’expéditeurs sécurisés

La meilleure façon d’atteindre la boite de réception de vos destinataires est qu’ils vous ajoutent à leur liste de contacts ou à leur liste d’expéditeurs approuvés. Pour ce faire, demandez-leur directement de vous enregistrer en tant que tel.
Encore une fois, le mail de remerciement est aussi efficace pour accéder à ce type de demande. Vous tissez avec vos contacts un engagement durable. Réussir à intégrer la liste de contacts de vos destinataires réduira les risques d’atterrir dans les spams et augmentera vos chances de ne pas atteindre les onglets de promotions (comme sur Gmail) par exemple.
Exemple de mails avec demande d’intégration à la liste de contacts (MediaPost et Hacking UI) :

Mail de remerciement MediaPost

Mail de remerciement Hacking UI

Une autre option pour augmenter votre taux d’ouverture est de créer une campagne pour demander à vos contacts qu’ils vous intègrent à leur liste de contacts. Dans la campagne que vous envoyez, expliquez aux destinataires comment vous ajouter.
Etre ajouté à la liste des expéditeurs sécurisés permet, par exemple sur Outlook, d’afficher le contenu des mails comportant des images. Dans le cas inverse, par défaut Outlook n’affiche pas les images, ce qui risque de casser l’effet de votre campagne.

5. Le lien de désabonnement 

N’oubliez pas le lien de désinscription qui est obligatoire. S’il est absent, cela sera jugé suspicieux par les filtres anti-spam. N’ayez pas peur de le mettre en avant car sa présence rassurera votre lecteur. Vous pouvez créer des listes d’envoi afin que le contact ait la possibilité de se désabonner d’une liste ou de la totalité des listes.

6. Le nom et l’adresse email de l’expéditeur

Si votre nom d’expéditeur s’affiche en No Reply (pas de réponse), il y a de grandes chances que votre mail termine dans les spams. Ne pas pouvoir répondre à vos mails augmente les risques de finir en spam. Créez donc une adresse de réponse et un nom de destinataire vers lesquels se tourner. Assurez-vous cependant que cela ne provienne pas de Gmail ou de Yahoo. Les grands FAI n’apprécient guère que les emails qui ne sont pas envoyés via leur plateforme soit indiqués en tant qu’expéditeur et ils classent souvent ces derniers en spam.
Le taux d’ouverture dépend de la confiance qu’accordent vos contacts en l’expéditeur et en la pertinence de l’objet.
Utilisez le même profil expéditeur car dans le cas contraire, vos contacts pourraient croire que vous tentez de les duper. Soyez donc authentique.

7. Les mots spammés et l’objet du mail

Il existe des mots à éviter, ces mots que vous utilisez et qui vous conduisent directement vers les indésirables.
Pour éviter cela, assurez-vous que votre objet ne comporte pas le champ lexical suivant : « soldes », « promotions », « remise », « gratuit », « profit », « urgent », « facture », ou les symboles monétaires comme l’euro ou le dollar.
Cela ne veut pas dire qu’il vous est interdit d’utiliser le mot promotion, mais il faut apprendre à l’intégrer à du vrai contenu ou à une thématique. Il faut aussi éviter de rédiger des phrases d’objet trop courtes. En même temps, les objets à contenu trop lourd finiront aussi en indésirable. Donc : trouvez un équilibre ! Utilisez certains termes avec parcimonie.

8. Fréquence d’envoi modérée

Expliquez à vos clients dans le formulaire d’inscription quel sera le contenu de vos emails et sa fréquence d’envoi afin de leur éviter des surprises plus tard (leur proposer la fréquence de réception). Si vous êtes un e-maileur régulier et dans divers domaines, demandez à votre destinataire de choisir les sujets qui l’intéressent. En parallèle, créez une page de gestion des préférences mail. Vous pouvez même rediriger le client vers une page de préférences lors de l’envoi du mail de remerciement comme le fait Marketingsherpa.
Marketing sherpa envoie une newsletter dans laquelle il remercie ses clients de s’être inscrits et leur demande quels sujets désirent-ils recevoir par mail.

marketing sherpa

N’attendez pas trop longtemps entre l’inscription et le premier envoi, le risque étant que votre contact vous ait simplement oublié.

9. Graphisme et contenu du mail

Votre email a besoin de contenu. Google lit ce contenu. Il vérifie que ça n’est pas du charabia, et que le contenu colle avec l’objet du mail.

Si vous créez des campagnes en version HTML, pensez à joindre une version texte (dans le cas où le destinataire n’a pas la possibilité de lire le HTML). Il est important que les serveurs de messagerie et les lecteurs puissent lire correctement votre email, que le design soit aux normes emailing. C’est pour cette raison qu’il est plus judicieux d’utiliser un logiciel emailing avec des gabarits prêts à l’emploi.

Pour ne pas terminer dans les spams, il faudra maintenir un bon rapport texte/image et veiller à ce que les images soient correctement affichées. Un email qui sera entièrement fait d’images a de grandes chances d’être considéré comme du spam. N’utilisez donc pas trop d’images car certains services de messagerie ne les affichent pas par défaut et vous prenez le risque d’alourdir le poids du courriel.

Le design même de la newsletter a son importance. On connaît même quelques secrets à vous révéler : par exemple, le logiciel Outlook n’est pas très ami avec la couleur rouge et a tendance à classifier les mails avec du rouge en spam. En général, les emails avec des couleurs vives et flashy sont susceptibles d’être marqués comme spam. Évitez la sur-utilisation du gras, de l’italique, du surligné. Encore une fois, tout est une question d’équilibre et de nuances. Apprenez à doser et à rester sobre !

Ne pas tomber en indésirable, c’est aussi être minutieux sur les points techniques. Assurez vous que tous les ALT (noms de vos images) soient bien insérés et mis à jour. Si vous utilisez des éléments graphiques ou animés, vérifiez que votre codage d’email est clair et que les liens et URLs du mail sont mis à jour et écrits correctement (et non cassés).
Voici un exemple qui n’a pas respecté nos recommandations et a fini en spam :

Exemple email spammé

10. L’utilisation des normes d’authentification

L’installation des normes SPF / DKIM / DMARC dans votre serveur est essentielle afin de ne pas être marqué comme indésirable. ActiveTrail travaille avec ces normes d’authentification électronique. Après les avoir installées dans votre système, ne pas oublier de les activer sur vos profils expéditeurs afin que nous assurions l’arrivée de votre mail à bon port !
– DKIM (Domain Keys Identified Mail) est une méthode qui permet de valider et d’associer l’identité d’un nom de domaine à un message envoyé. Il s’agit d’une signature numérique à activer sur les différents domaines utilisés pour les envois emailing.
– SPF (Sender Policy Framework) est une méthode utilisée pour éviter la falsification de profils expéditeurs (fausses adresses). Elle assure au serveur de messagerie récepteur du mail d’identifier l’expéditeur et de vérifier que le mail provient d’un hôte autorisé par le propriétaire du domaine.
– DMARC (Domain-based Message Authentification) est une politique qui autorise l’expéditeur à indiquer que ses envois emailing sont protégés par SPF et DKIM. C’est une norme complémentaire. Elle permet aux services de messagerie quelle conduite tenir lorsqu’un message n’est pas formellement identifié par une norme SPF ou DKIM. Elle renforce la lutte contre le phishing et les autres techniques de fraude.

 

En conclusion, le consentement de vos contacts, des campagnes emailing ciblées et personnalisées, des listes mises à jour et une fréquence d’envoi respectable sont les clés d’une stratégie emailing efficace.

Vous êtes paré pour faire de bonnes campagnes emailing. Suivez ces conseils et n’hésitez pas à nous contacter si un point ne vous semble pas clair ou que vous avez simplement des questions !

Lecture recommandée :

Protection des données : Comment se préparer au GDPR en 9 étapes

Pourquoi l’authentification par e-mail est importante

Les commentaires sont fermés.