Emailing : comment choisir son objet

Emailing : comment choisir son objet

L’objet favoriserait à 80% l’ouverture d’un email (étude EMA – 2017). Vous l’aurez compris, il faut impérativement le soigner et surtout ne pas le bâcler. Car même si
vous avez passé trois jours à fabriquer une belle campagne emailing et que votre responsable l’a enfin validée, à quoi cela sert si personne ne l‘ouvre ? Votre objet d’email est décisif dans l’ouverture de votre campagne.

Alors quels sont les critères d’un bon objet pour un email ? Voici nos 10 conseils.

#1 Un objet court

Chaque Webmail limite la longueur de l’objet (Gmail : 77 caractères, Orange : 30 caractères, Outlook : 60 caractères…). Le plus simple est de viser un maximum de 50 caractères. Placez bien vos informations importantes au tout début de votre objet.

#2 Un objet hyperactif

Comme pour rédiger une annonce Adwords, on emploie des verbes incitant à l’action : découvrez, téléchargez, inscrivez-vous…

#3 Un objet incentive

Au lieu de « Newsletter n°10 », mettez plutôt des objets intégrant des mots clés comme « Nouveau », « Livraison offerte », « Dernier jour », « Dernière démarque », « Dernière chance », « Invitation personnelle ».

On nuance tout de même ce point car certains termes (comme « Gratuit », « Achetez », « Coupon », « Promotion », « Urgent ») risquent de vous envoyer directement dans les spams sans passer par la case départ… Vous nous suivez ? Attention aussi aux termes tout en majuscule ou trop de signes de ponctuation. On oublie aussi les répétitions (le duplicate content c’est mal !).

#4 Un objet personnalisé

Qui n’aime pas voir son prénom ou nom dans son courrier (en-dehors des factures bien sûr). Un email avec un objet personnalisé a entre 16 à 25% de chance en plus
d’être ouvert… En clair, il faut s’adresser à vos abonnés, avec leur prénom ou nom (exemple : « Julie, aujourd’hui c’est livraison offerte ! ») ou encore mieux, intégrer un objet en lien avec l’historique que vous avez d’eux, leurs préférences, centres d’intérêt (exemple : « Un nouveau produit vient de sortir ! Il est fait pour vous. ») . Avec ActiveTrail, vous pouvez utiliser la personnalisation pour produire du contenu dynamique personnalisé.

#5 Un objet chiffré

Vous connaissez sûrement le site Topito, son contenu n’est fait que de listes et de classements, bref des chiffres partout. Quelques exemples : « le top 100 des logos
ratés » (ça vaut vraiment le coup d’oeil croyez-nous…) ou « le top 60 des chats adeptes de photobombing ». C’est avéré, les listes chiffrées fonctionnent du tonnerre
sur le web. Du coup, on hésite pas à tester cela pour son objet d’emailing !

#6 Un objet avec des émoticônes 😀

Si votre activité vous permet d’adopter un ton parfois plus léger alors vous pouvez utilisez quelques émoticônes dans votre objet. Il sera plus différenciant, attractif et
expressif. Attention toutefois à ne pas être trop « bling-bling ». Vous l’aurez compris, s’il s’agit de présenter votre dernier rapport d’activité, on oublie les smileys.

#7 Un objet émouvant

Sentiment d’urgence, mystère, curiosité, bon plan, question… Voici différents types d’objet qui marchent souvent bien car ils jouent avec nos sentiments. Le tout est de
trouver ce qui va interpeller votre destinataire (exemple : « Réalisez enfin votre rêve »).

#8 Un objet tendance

Rebondir sur des sujets d’actualité, voilà une bonne stratégie (exemple : « Il fait trop chaud pour travailler ? ». À  utiliser avec tact, bien sûr pour éviter le bad buzz.

#9 Un objet problématique

Un objet dans la négation peut aussi porter ses fruits. Du type « Du mal à trouver de nouveaux clients ? ». Ce genre d’email peut titiller votre destinataire et l’inciter à ouvrir votre email.

#10 Un objet testé

Pour finir, on est pas forcément bon du premier coup et c’est normal. C’est pourquoi on teste au moins deux objets d’email avec l’A/B testing pour identifier le plus performant.

Pour conclure, vous devez faire preuve de créativité, d’originalité et vous devez surtout émouvoir votre lecteur. Soyez concis et évitez trop de publicité et les spam words !

 

Lecture recommandée : 

Comment écrire une Newsletter à succès en 10 étapes

Comment ne pas devenir un Spammeur – 10 choses à savoir pour ne pas finir en Spam

Eh oui, nous proposons maintenant 3 sortes d’A/B Testing différents !